City-States of Myra - A demigod, a hoplite and a minotaur walk into a taverna...

    This site uses cookies. By continuing to browse this site, you are agreeing to our Cookie Policy.

    The latest issue of the 9th Scroll is available! You can read all about it in the news.

    The brand new army book for Infernal Dwarves is finally available, along with a small surprise! Remember that it is a beta version, and provide us your feedback!

    • City-States of Myra - A demigod, a hoplite and a minotaur walk into a taverna...

      Greetings, citizen!

      Welcome to this humble homebrew army book draft. Help yourself with olives, figs, cheese and wine while I introduce you to this project.


      The army book
      v006: drive.google.com/file/d/1iJ4md…9NiyagEf/view?usp=sharing
      Any feedback is welcome!


      Theme
      What's known about Myra? It's the name of three distinct but related things: a peninsula, a major city and the independant human nation who inhabits the peninsula. It's located in the eastern part of Arcalea and South-West of the great Avras.



      Myra is rarely mentioned in the official fluff at the moment. Its political structure is briefly referred to here: "This next campaign, it transpired, had been called in haste by the Protostratikon of Myra, to deal with the rebellion of a regional Kommis." (Daemon Legions full army book, Sirens, page 36). This sounds like Myra could be a loose empire or federation divided into provinces ruled by local governors.

      We also know that its merchants may or may not sell weapons to foreigners: "Unless you believe they [the Beast Herds] went all the way south to Arcalea and bought them [iron weapons] from some accommodating Myran merchant." (The Ninth Scroll Issue 009, Overheard from an Imperial Ranger, page 23), and that foreigners can make a career in the local forces: "Captain Urs Bödeker, Iron Legions of Myra" (Warriors of the Dark Gods full army book, Banners of the Gods, page 82). This is Arcaela after all, a land rich with opportunities for ambitious mercenaries.

      Given the very limited fluff there was a choice to make for this army book between a unique fantasy faction created from the ground up, a Byzantine Empire faction and an Ancient Greek faction. I went with the latter: full Classical/Hellenistic Greek plus mythological units and items. Myra will probably get a more original treatment when the fluff is eventually developed, but my project here aims at giving you a way to use your minis from historical ranges in T9A, use a (reasonable) amount of authentic Greek names and steal back the bestiary of the Ancient Greek mythology from the Beast Herds.


      Army organisation and units:

      Characters (max 40%)
      - Demigod
      - Strategos
      - Polemarch
      - Priestess

      Demos (min 25%)
      - Hoplite Militia
      - Peltasts
      - Prodromoi

      Aristos (no limit)
      - Hoplite Nobilia
      - Noble Companions
      - Cataphracts

      Mythos (max 20%)
      - Satyrs (Wildhorn Herd)
      - Centaurs
      - Minotaurs
      - Cyclops
      - Bronze Colossus

      Logos (max 20%)
      - Slingers
      - Toxotai
      - Polybolos


      Intentions and ASAW
      The list is rich in customization options. You can select 2 from the 5 types of City-States (Thalassocratic, Oligarchic, Matriarchal, Theocratic, Tauropolion) to access specific units upgrades. For instance the Theocratic City-State allows you to upgrade a Priestess to a Pythia and Noble Companions to Sacred Companions.

      The Category Mythos has a low limit (20%) since it's the key to commiting to a specific playstyle: either mobility (ambushing Satyrs, vanguard Centaurs), frontline strength (minotaurs, libated Centaurs) or shooting (Cyclops).

      The book should covers a good number of the classic or mythic Greek units: Heracles, Theseus, Perseus and their heroic likes can be played as Demigods, the Argonauts and the Sacred Band of Thebes are the Noble/Sacred Companions, the Classical Spartan infantry is the Hoplite Nobilia, the Amazons are available through the Toxotai (archers) and Prodromoi upgraded with the Matriarchal City-State, Alexander's shock cavalry is represented with the Cataphracts and Somatophylakes, and Greek/Myran fire is shot by the Polybolos.

      So which ASAW do we get?
      - Powerful characters (demigods)
      - Solid infantry, though the Hoplites are only effective from the front
      - Good chaff game
      - Decent mobility
      - Limited high strength attacks
      - Limited shooting
      - Limited access to very high armour saves (no plate)


      Miniatures
      City-States of Myra - a homebrew army book to play Ancient Greeks in T9A

      The post was edited 14 times, last by Scylla: updated the list of miniatures ().

    • Scylla wrote:

      Theme
      Myra is rarely mentioned in the official fluff at the moment. Its political structure is briefly referred to here: "This next campaign, it transpired, had been called in haste by the Protostratikon of Myra, to deal with the rebellion of a regional Kommis." (Daemon Legions full army book, Sirens, page 36). This sounds like Myra could be a loose empire or federation divided into provinces ruled by local governors.

      We also know that its merchants may or may not sell weapons to foreigners: "Unless you believe they [the Beast Herds] went all the way south to Arcalea and bought them [iron weapons] from some accommodating Myran merchant." (The Ninth Scroll Issue 009, Overheard from an Imperial Ranger, page 23), and that foreigners can make a career in the local forces: "Captain Urs Bödeker, Iron Legions of Myra" (Warriors of the Dark Gods full army book, Banners of the Gods, page 82). This is Arcaela after all, a land rich with opportunities for ambitious mercenaries.

      Given the very limited fluff there was a choice to make for this army book between a unique fantasy faction created from the ground up, a Byzantine Empire faction and an Ancient Greek faction. I went with the latter: full Classical/Hellenistic Greek plus mythological units and items. Myra will probably get a more original treatment when the fluff is eventually developed, but my project here aims at giving you a way to use your minis from historical ranges in T9A, use a (reasonable) amount of authentic Greek names and steal back the bestiary of the Ancient Greek mythology from the Beast Herds
      I think you forgot that the main hero in the LD FAB is a Myran lady.
      In her opening story, « Red Flowers of Itar » (WotDG FAB) as well as in her diary, you can find a few more info about Myra.
      Granted, not much ;) But still.

      Cool project otherwise ;)

      Russian Translation Coordinator

      Translation-Team FR

      Public Relations

      Linguistic Team

      GHAÂAÂAÂARN ! — The Black Goat of the Woods with a Thousand Young
      First T9A player in West Africa
    • Had quick glance through and the theme is upper cool, However I would always say it's better to pitch a homebrew book a little weak and build it up rather than make it super strong.
      Could be wrong as I'm no expert, but the things that jump out to me are:
      trident of the titons- compared to the burning portent, 35pts less, lose flaming attacks (good and bad), not ap 10, but going to be ap4 at worst, on a demigod with spear is ap6, can take on a light lance to get a strength boost. Should be higher points probable, 95 at the least IMO.

      Mane of the Dire Lion- ridiculously good value at 40pts, willows ward+basalt infusion is 50pts, for 10pts less you lose a 3+ward vs flaming but gain a HP point

      Face of the gorgon- setting everyone to off 1 is too powerful, make it distracting or something, basically makes it so everyone is hitting you on 5's all the time.

      the banners are nice, but sail of the admiral ship is crazy powerful, basically turns your whole force into cav, or makes your cav charge with adv 11. would tone it way down, set a range to it, make it +3 march and +1adv or something.

      Minatours are a strong unit who's main downfall is the fact they are only res 4 with no armour so die like flies, by making them res 5 and giving them access to a 4+ save you're countering their one weakness, and for only 12 pts. I'm not sure if the upgrade is feasible, and if it is should probably be more expensive IMO.
      Not meaning to criticise exclusively, and the theme is really good the item effects are cool, just perhaps a bit op
    • Ghiznuk wrote:

      I think you forgot that the main hero in the LD FAB is a Myran lady.In her opening story, « Red Flowers of Itar » (WotDG FAB) as well as in her diary, you can find a few more info about Myra.
      Thanks, I'm going to read them again with even more interest then :D

      Mercenary Armies wrote:

      I made a book about Myra. I'm going to post it on the forum tomorrow. is a kind of different from this idea. funny. You will see :D
      Nice :) As I said above, my vision of Myra is probably far from the official line which seems inspired by Byzantium and Dogs of War. It's not Myra for the Ninth Age, it's a much older Myra for the First or Second Age (see the World Hymn of the 1.3 Legendary Rulebook).

      Ringil wrote:

      Not meaning to criticise exclusively, and the theme is really good the item effects are cool, just perhaps a bit op
      Thanks a lot for the feedback! Duly noted, I'm going to adress these issues.
      City-States of Myra - a homebrew army book to play Ancient Greeks in T9A
    • (work in progress, as corrections from the rest of the team have not been implemented here yet :) I've underlined the bits relevant to Myran fluff)

      Leonora Dimitriou wrote:

      Les fleurs rouges d'itar

      Display Spoiler


      Le laurier-rose est entré en fleur. De délicats boutons roses, accrochés aux buissons verts, chargés d'un poison mortel. Comme chaque année, mon esprit se transporte à une autre époque, un autre soir de début du printemps. Les rapports qui nous parviennent ces derniers jours (on nous annonce qu'un nouvel avant-poste est tombé face aux Dieux Sombres, en Volskaïa cette fois) ajoutent au caractère tragique de ces difficiles souvenirs de mon enfance. L'heure, enfin, est venue pour moi de revisiter ce cauchemar de mon passé afin de le coucher par écrit.


      Âgée de sept ans, je vivais encore dans l'innocence dans notre manoir du Glauca septentrional. Je bénéficiais de l'amour de ma famille, mais je n'étais guère consciente de ce que mon père, Titos, connaissait alors des difficultés. Il était en effet persécuté par les notables de la principauté voisine de Zalos qui convoitaient une partie de ses terres. Mon père n'avait pas peur de mener un combat pour défendre ce qui lui appartenait de droit, mais il lui manquait les fonds nécessaires pour pouvoir résister à ces agresseurs.

      Ma mère, mon frère et moi l'observèrent peu à peu sombrer dans la démence. Il avait pris l'habitude de fulminer et tempêter dans des pièces vides, entrait dans des rages soudaines à la moindre de nos transgressions, chassait les bêtes de la forêt avec une passion que nous ne lui avions jamais connue jusque là. Pire, il délaissait notre domaine pendant des jours, qu'il passait à Pontefreddo, quand il ne se déplaçait pas jusqu'à Avras, refusant de nous expliquer ce qu'il y faisait. En son absence, le domaine périclitait, et les vautours zalossiens resserraient leurs cercles autour de nous.

      Le matin qui suivit les rites de solstice, un carrosse richement décoré vint en faisant craquer le givre sur l'allée. Il en descendit un homme vêtu d'une robe noire, mince et élégant, arborant une gracieuse barbiche noire : le chancelier de Zalos. Après un échange houleux, mon père le laissa là, furieux et plus agité que jamais.

      Dans les jours qui suivirent, il se mit à faire les cent pas à travers toutes les pièces du manoir, frappant les murs de son poing, les yeux écarquillés, les lèvres maculées d'écume. Enfin, quelque chose en lui se rompit, et il partit à cheval au plus noir de la nuit.

      Trois jours plus tard, des bandits attaquèrent le domaine. Ma mère nous fit rentrer, mon frère et moi, dans un placard où nous nous cachâmes, terrifiés, bien que nous pûmes parfaitement voir tout ce qui se passait à travers les fentes de la porte. Les hommes prirent la maison d'assaut, rouant de coups deux des manœuvres qui avaient tenté de les retenir. Plusieurs d'entre eux dévalisèrent les chambres, détruisant nos possessions desquelles ils ne s'emparaient pas. D'autres jetèrent notre mère au sol, juste sous nos regards, ricanant monstrueusement tandis qu'ils déchiraient ses vêtements.

      Tout à coup, les rires se changèrent en hurlements, au même moment où un pied d'acier luisant surgissait de la gorge de la brute courbée sur ma mère, l'aspergeant de sang noir. Derrière le cadavre qui s'écroulait, nous vîmes notre sauveur : notre père, rentré à la maison juste à temps. Il avait un air sauvage, grondant comme une bête. Son regard était méconnaissable.

      « L'Adversaire est sur vous, misérables avortons que vous êtes ! », s'écria-t-il d'une voix stridente que je ne lui avais jamais entendue auparavant. Il faucha en un éclair le bandit le plus proche – une décapitation magistrale – et en tua un autre avec un couteau au lancer parfait. Il y eut un silence atroce, pendant lequel il resta là, courbé et haletant, jetant des regards farouches aux hommes restants, encerclés par le carnage. Un d'entre eux vomit et, dans le placard à côté de moi, mon frère s'évanouit. Ils s'enfuirent.

      « Titos ? », dit ma mère, très calme, du plancher où elle était étendue. Il fit volte-face et la fixa droit dans les yeux, comme s'il la remarquait pour la première fois. Alors il tomba à genoux et se mit à sangloter.

      Son comportement s'améliora grandement au cours des semaines qui suivirent. Nous commencions à espérer que l'homme que nous avions connu était revenu. Mais un jour de printemps, tandis que le laurier-rose se chargeait de fleurs et que des nuages noirs s'accumulaient à l'horizon, quelque chose en lui se rompit. J'ignore quel fut le facteur déclencheur ; toujours est-il que nous l'entendîmes crier dans son bureau. Nous approchâmes sur la pointe des pieds pour regarder ce qui se passait à travers la porte.

      Il fulminait sur notre mère, noyée dans les larmes. « Tu abuses de ma patience, femme ! Trop longtemps je me suis laissé refréner par cette pitoyable témérité – et c'était toi qui me l'avait conseillé ! Cela suffit ! » Il voulut se saisir d'elle, comme un chien enragé ; mais alors mon frère, Vakous, qui avait alors douze ans, bondit pour s'interposer, l'air déterminé malgré son jeune âge.

      « Quoi ?! », hurla Titos. L'espace d'un instant, je crus qu'il allait le violenter, tant il avait l'air malveillant. Mais son visage s'assombrit. Et, d'un ton qui me donna froid dans le dos, il dit : « Je vois… Mon propre fils ! »

      J'eus énormément de mal à m'endormir cette nuit-là. Et dans mon demi-sommeil, je fus tout à coup alertée par un appel tonitruant qui fit trembler la maison : un nom qui suscitait l'effroi dans le cœur de tout Arcaléen.

      « Vanadra ! Ô Vanadra ! Je suis la rage ! Je suis le carnage ! Je suis l'orage ! »

      Je bondis de mon lit et accourus sur le palier en haut de l'escalier, d'où j'avais un bon point de vue sur la salle à manger en contrebas. Le spectacle qui s'y donnait hante toujours mes rêves à ce jour. Mon père se tenait entièrement nu, entouré de chandelles, de parchemins et de terribles motifs ésotériques tracés au sang sur le plancher. Il empoignait mon jeune frère par ses cheveux noirs. Et à ce même moment, avant que j'eusse le temps de reprendre mon souffle, il plongea une dague cruelle dans le cou innocent de mon frère.

      « Prends-le ! Prends-le ! », beuglait-il, ses yeux se révulsant dans leurs orbites. Il roula par terre, tous ses membres pris de convulsions démentes. « Je t'appartiens ! »

      Je hurlai, mes mon cri fut perdu parmi le grondement soudain du tonnerre : l'orage était sur nous. Au même moment, à mesure que le corps inerte de Vakous se vidait, formant une grande flaque de sang sur le plancher, je ressentis une épouvantable tension dans l'air. Il ne s'agissait pas d'une averse ordinaire. Je fut prise d'un terrible malaise dans le creux de mon ventre ; ma tête vacillait, étourdie par la sensation de profonde perversion qui envahissait la maison. L'espace autour de mon père paru se déformer, s'étirer et se troubler. Je crus distinguer une cacophonie de formes saugrenues à moitié entrevues, se tortillant dans leur effervescence.

      Enfin, une forme se solidifia pendant que les autres s'estompaient. Elle prit forme à partir des offrandes de mon père : de la terre, de la cire, du souffre et, surtout, le sang de mon frère. Tous ces éléments furent aspirés dans son corps comme par un siphon. Cependant, elle continua à croître même après que ces matériaux eurent été épuisés, tirant à elle le métal de la cheminée, les parchemins du bureau, même le bois des lambris.

      Tout ce procédé fut accompli en à peine quelques secondes, accompagné d'un chuintement, comme celui d'une profonde inspiration. Devant moi se tenait à présent un être trop hideux pour pouvoir être contemplé. Je ne pus qu'entrevoir quelque chose d'immense et d'écarlate avant d'en détourner les yeux par réflexe et de me mettre à vomir, tant son essence était abominable à mes yeux d'enfant.

      Alors vint une voix, profonde et assourdissante, qui résonnait directement à travers mon crâne. J'eus beau plaquer mes poings sur mes oreilles, cela ne faisait aucune différence.

      « Tu recherches le pouvoir. Tu recherches la faveur de la déesse de la Colère.

      — Oui ! Oui ! Je suis à elle ! brailla une bien plus petite voix, que je reconnus comme étant celle de mon père.

      — Et en retour, tu lui donneras tout ce que tu es, poursuivit l'exécrable créature.

      — Oui !

      — Tu prends cette décision de ta propre volonté et non pas de celle d'autrui ?

      — C'est moi qui le veux ! »

      Ces dernières paroles restèrent comme suspendues dans l'air. Il y eut une pause, uniquement interrompue par un autre grondement de tonnerre, puis le frémissement de l'averse sur le toit… et l'accablante exhalaison de quelque chose qui était en train de brûler.

      « L'Adversaire accepte ton serment ». Un éclair illumina une seconde une grande main rouge placée sur la tête de mon père, dont tout le corps était parcouru de vibrations et paraissait grandir, grandir…

      Tout à coup je fus emportée par un vif mouvement. Je me trouvai dans les bras de ma mère. Nous fuyions. À travers le corridor, en bas de l'échelle dans la chambre des maîtres, à travers la porte de derrière.

      Nous étions dehors, dans la bourrasque, sous la pluie battante. Nous fûmes instantanément trempées de la tête aux pieds. À travers mes sanglots, je levai les yeux vers le visage de ma mère, et je vis sa terreur.

      « Prends ceci », dit-elle, les yeux paniqués, en plaçant autour de mon cou un petit pendentif simple, que je l'avais vue porter assez souvent. Je n'eus pas le temps d'admirer ce présent, car aussi subitement qu'elle m'avait emportée, ma mère fut enlevée devant moi. J'étais moi-même attrapée par un groupe d'hommes qui me retinrent fermement. Je jetai des regards confus autour de moi, et finis par reconnaître le chancelier de Zalos, toujours vêtu de noir, tenant à la main un tison qui éclairait son chapeau à larges bords et sa petite barbiche. Il était revenu, mais cette fois il était loin d'être seul. La maison était encerclée par toute une troupe de mercenaires en armes. De la fumée s'échappait du toit, déjà en feu.

      Un autre éclair ébranla les cieux, et nous entendîmes un tumulte de l'autre côté de la maison, du côté de la porte d'entrée. D'un geste, le chancelier envoya une partie de ses hommes voir ce qui se passait, tandis que ma mère et moi étions toujours retenues. Les clameurs d'un combat nous parvenaient. Le chancelier désirant voir de lui-même de quoi il s'agissait, nous fûmes finalement amenées de ce côté.

      L'incendie illuminait la terrible silhouette de Titos, hideusement transformé, tapi comme une bête au milieu des dizaines de corps défigurés qui jonchaient l'allée. Sa gigantesque carrure musculeuse était inondée de sang, rapidement emporté par la pluie. Il nous observa un moment, tout semblant d'humanité ayant définitivement quitté son visage. Puis il tourna les talons et s'enfuit dans la nuit.

      « Remarquable, déclara le chancelier, haussant les sourcils d'un air perplexe. Au nom de Themesis, je me demande bien ce qui lui est arrivé ? »

      Il s'avança calmement parmi les morts et les blessés qui gémissaient, et s'approcha de la porte de la maison, de laquelle s'échappaient de grands volutes de fumée. Tout à coup, il laissa tomber sa torche, saisi par l'effroi. Tremblant de tout son corps, il tenta de reculer, mais trébucha sur le corps d'un de ses nervis derrière lui. Il leva les yeux vers la chose qui venait sur lui, défonçant le chambranle de la porte comme s'il avait été fait d'allumettes. Enfin, je pus considérer sa pleine vilenie : un énorme monstre rouge et cornu, aux sabots fendus. Le temps d'un battement de cœur, ils formèrent un tableau tragique : le démon dominant l'homme en noir, qui se couvrait le visage de son bras, dans une vaine tentative de cacher cette vision effarante. Puis le démon tendit le bras et broya sa tête de sa main.

      « Ho ho ho ! », ricana-t-il, et son rire emplit une fois de plus mon esprit. Il étala le sang de l'homme sur son visage et sur son cou. « Quels formidables délices nous réservent les mortels ! Comme il est plaisant de parcourir ce monde merveilleux ! »

      Les hommes qui tenaient ma mère pointèrent leurs arbalètes, tout tremblants, et tirèrent sur le géant rouge, qui tressaillit et se retourna vers eux. Dans leur épouvante, ils jetèrent leurs armes et prirent la fuite. Le démon bondit vers nous. Ma mère s'élança, m'arracha à mes ravisseurs et partit dans une autre direction. Ma tête sur son épaule, j'observai la créature anéantir les hommes restants, gloussant avec une joie lugubre. Nous plongeâmes dans les buissons, d'où nous pouvions continuer à suivre les évènements à travers les feuilles. Noir sur le fond du brasier, la forme du démon se lassa de jouer avec ses victimes mutilées. Il se mit à humer l'air. Bientôt, il fondait droit sur nous.

      « Ne cherchez pas à vous cacher de votre destinée, petits mortels ! cria-t-il. Je vais vous faire sentir la véritable rage intérieure ! »

      Alors qu'il se rapprochait, ma mère se tourna vers moi pour me fixer d'un air enfiévré.

      « Ne sors pas d'ici tant qu'il ne sera pas parti, dit-elle, ses yeux brillants reflétant la lueur du feu. Sois brave, maintenant et à jamais. »

      Sur ce, elle jaillit des fourrés et courut à sa rencontre.

      « Me voici, vile créature ! proclama-t-elle, ouvrant grand les bras. Fais ton devoir. »

      La bête s'arrêta net et sourit, tandis que gémissait, trop ébranlée par la terreur pour faire quoi que ce soit.

      « Magnifique, résonna à nouveau la voix profonde. Il est si rare de contempler un véritable courage. Je vois que tu ne te donneras pas à ma Maîtresse. Très bien. Ta mort sera rapide. »

      Il s'élança, et l'éternité se figea dans cet instant où, d'un revers de la main, il sépara sans le moindre effort sa tête de ses épaules.

      Je n'ai jamais parlé de ceci à quiconque. Il me coûte grandement d'écrire ceci, même sur ces pages intimes. Cela fait si longtemps que je cherche à me débarrasser de cette image. Mais elle reste présente : je suis certaine qu'elle sera la dernière chose que je verrai avant de mourir.

      Accroupie dans les buissons, je pensai aussi à Titos, mon père, qui s'était encouru pour accomplir quelque terrible destin en tant que Guerrier des Dieux Sombres. Je fixai un long moment le ravissant visage dépourvu de vie de ma mère, et me demandai s'il avait eu la moindre notion des conséquences qu'aurait sa décision.

      Le démon demeura encore un temps sous la pluie, son regard lui aussi fixé sur ce cadavre. Ses minuscules bras, sa robe de chambre détrempée, ses pieds nus. Le tonnerre gronda une fois de plus, et il demeurait là, comme une statue rouge sombre, luisant dans l'embrasement de ce qui fut ma maison. Tandis que je le scrutais à travers les feuilles du fourré dans lequel je me cachais, je perçus d'autres taches rouges dans mon champ de vision. Clignant des yeux, je réalisai qu'il s'agissait de la fragile beauté des boutons de laurier-rose, scintillant de rouge dans la pluie. Quand mon attention revint au démon, je remarquai qu'il n'était plus qu'une forme floue, comme si le tissu de ce monde revenait couvrir la maussade souffrance de la réalité. Je sentis mes larmes se mêler à l'averse.

      – Journal de Leonora Dimitriou, 3 itar, 962 A.S.

      Just a few names and stuff : Titos,
      Zalos plays a major role in the story unfolding in the LD FAB.
      Themesis is a goddess ?
      Clearly also, Myrans consider themselves Arcaleans.
      It sounds also as if Pontefreddo is closer than Avras.

      Russian Translation Coordinator

      Translation-Team FR

      Public Relations

      Linguistic Team

      GHAÂAÂAÂARN ! — The Black Goat of the Woods with a Thousand Young
      First T9A player in West Africa
    • Mad 'At wrote:

      Ghiznuk wrote:

      Themesis is a goddess ?
      A saint. Possibly a mystification of Sunna.
      T9S issue 8.
      Oh ! Right !
      8o 8o I found it !

      Russian Translation Coordinator

      Translation-Team FR

      Public Relations

      Linguistic Team

      GHAÂAÂAÂARN ! — The Black Goat of the Woods with a Thousand Young
      First T9A player in West Africa
    • The version 002 of the book is available from the first post.

      Changelog:
      • Noble Companions: new Spear option added
      • Maze Keepers: cost increased from 12 to 22 pts
      • Trident of the Tritons: cost increased from 80 to 100 pts
      • Face of the Gorgon: cost increased from 60 to 80 pts
      • Mane of the Dire Lion: cost increased from 40 to 60 pts
      • Sail of the Admiral Ship: effect decreased from +3 AR / +6 MR to +2 AR / +4 M
      • Added Changelog and Thanks chapter
      City-States of Myra - a homebrew army book to play Ancient Greeks in T9A
    • what i would like to see. an ancient greek mith army. warriors of the old times.
      HOPLITE PHALANX

      adv 4 mar 8 D 8 phalanx (-3? heavy malus... :O )

      Hp 1 D 4 R 3 arm- Heavy Armour, Shield (hevy armour!!!!!!!!!! c'mon!!), As One (like askalander, good for the phalanx flavour), fight in extra rank like your rules of course.
      at 1 Of 4 str 4 ap 1 agi 3 Spear

      you know what I'm try to say? the rules are good, to me they need only an Angry Boost! ;)

      and of course noble hoplites more angry..like chaos warriors stats..
    • As One has been dropped from the Asklanders book, but... the new Round Shield of the same book could be very appropriate for the aspis of the Greek infantry:
      "Follows the rules for Shields (can be enchanted as if it was a Shield). In addition, if the unit has at least 2 Full Ranks andmore than half of its models have Round Shields, all models of Standard Height in the unit gain +1 Armour in the FirstRound of Combat and against Ranged Attacks."

      For the stats of the hoplites themselves, let's keep in mind that these units attack on four ranks or even five in line formation and they benefit from the Agility and AP bonus of their spears. If they get any more damage dealing bonus (say +1 Strength or +1 AP) their killing power will jump up, and so must their cost.
      City-States of Myra - a homebrew army book to play Ancient Greeks in T9A
    • More stuff on Myra (and its province of Glauca) was mentioned in the Ninth Scroll 17 where discussing the various language families in Vetia.

      Also, army promoted in the French FB group ;)

      Russian Translation Coordinator

      Translation-Team FR

      Public Relations

      Linguistic Team

      GHAÂAÂAÂARN ! — The Black Goat of the Woods with a Thousand Young
      First T9A player in West Africa

      The post was edited 1 time, last by Ghiznuk ().

    • A year after the original release of the army book, here's an update with a new Mythos unit (the Bronze Colossus), some new weapon options and a lot of balance tweaks. Feedback and suggestions are always welcome.

      v003: drive.google.com/file/d/19a42u…ur6ZpmGJ/view?usp=sharing

      Changelog (also included in the document):
      - Phalanx: added a +1 Armour bonus against Ranged Attacks to the front of the unit.
      - Sling & Lead Bullets: Shots 2, Str 2 changed to Shots 1, Str 3 to be more in line with the Vermin Swarm’s Sling.
      - Cyclops Blinder: cost decreased from 40 to 30 pts.
      - Face of the Gorgon: complete overhaul of the cost and effects. New cost: 70 pts. New description: The bearer gains
      Distracting. Enemy models in base contact with the bearer have their Attack value divided by two, rounded up.
      - Thread of the Labyrinth: Announce if you use this item before rolling the Flee Distance.
      - Fabulous Figurehead: cost decreased from 50 to 35 pts.
      - Priestess: Pythia cost decreased from 300 to 100 pts, removed Wizard Master.
      - Peltasts: missing equipment corrected: Throwing weapons (5+).
      - Slingers: base cost decreased from 100 to 80 pts. Additional model cost decreased from 9 to 7 pts.
      - Noble Companions: Throwing Weapons aim and cost increased from (5+) and 2 / model to (4+) and 5 / model.
      Heroic Emulation moved from profile to options. Sacred Companions gained One of a Kind, cost increased from 4 /
      model to 6 / model.
      - Satyrs: Additional model cost decreased from 10 to 8 pts. Insignificant and Skirmishers removed. Base corrected to
      25x25 mm. Spear & Shield and Bow (4+) added to options.
      - Minotaurs: Insignificant removed. Spears added to options. Maze Keepers cost decreased from 22 to 10 points,
      Resistance 5 removed.
      - Centaurs: type, base corrected to Cavalry, 25x50 mm. Insignificant removed. Bow (4+) and Ambush added to
      options.
      - New Mythos unit: Bronze Colossus.
      - Slingers: aim increased from (4+) to (3+).
      - Polybolos: cost decreased from 250 to 220 pts.
      City-States of Myra - a homebrew army book to play Ancient Greeks in T9A
    • Wondering about the Bronze Colossus... since it's presumably some kind of animated statue (the name makes me thing Colossos of Rhodos), maybe it should have some kind of inspiration effect? A giant statue of your most famous general/king/local god/mystical hero marching besides you should be quite the sight.
      "Montez de la mine,
      descendez des collines,
      camarades.
      Sortez de la paille
      la mitraille,
      les grenades."